Le retour à la maison a été sans vraiment de stress, avec hâte comme je l’expliquais brièvement à la fin de mon récit d’accouchement. C’était le retour au calme et surtout comme il n’y a pas de personnel soignant, on s’écoute plus et on fait confiance à ses instincts ! J’ai eu une montée de lait dès la 2 ème nuit à la maternité et pour les maman qui décident d’allaiter, ne vous étonnez pas si bébé ne fait que pleurer et est inconsolable, c’est normal, c’est pour faire monter le lait. Ce phénomène se reproduit lors de ce qu’on appelle « les poussées de croissances ». C’est très fatiguant pour maman car la seule chose à faire c’est mettre au sein et c’est quasiment non-stop sur plusieurs jours… (et nuits). Bébé a toujours une préférence pour un sein, on dit de mettre aux 2, mais quand on a un bébé qui hurle au sein qu’il n’aime pas, on cède on lui donne l’autre et hop voilà comme avoir un engorgement à la première montée de lait ! Les sages-femmes m’ont montré les massages pour faire couler le seins mais c’est pas évident, ça demande une certaine pratique. Ma solution à peine rentré : le tire-lait ! J’ai choisi AVENT manuel car j’ai lu des choses sur  internet comme quoi les tire-laits électriques pouvait faire mal, j’ai pris peur ! Mes angoisses étaient que je n’arrive pas à connecter Léonie sans le lait en pipette comme à la maternité pour qu’elle ouvre bien la bouche et prenne mon sein car je ne savais pas faire sortir le lait manuellement de mes seins à ce moment là, mais aussi de ne pas comprendre mon bébé et de n’avoir personne H-24 pour poser mes questions.

Comme j’étais très fatiguée et pour pouvoir un peu mieux récupérer, j’ai décidé de tirer le lait et de lui donner le biberon uniquement la nuit car Léonie s’endormait rapidement au sein donc les tétés étaient assez longues, les biberons de mon lait mon permis de pouvoir me reposer plus vite. Une amie m’a conseillé de prendre les biberons AVENT naturels qui imitent le bout de sein afin d’éviter la confusion et j’en suis très satisfaite. Léonie comme beaucoup de bébé s’endort très vite au sein et la nuit c’est interminable ! Pour contrôler que la lactation se passer bien, j’ai eu des visites de ma sage-femme libérale la première semaine pour suivre le poids de bébé et poser mes questions au passage ! Mon lait était nourrissant car Léonie n’a fait que grossir !

Pendant le congé paternel, j’ai pu profité du soutien jour et nuit de mon chéri, et je parle bien de soutien car Léonie depuis la maternité était un bébé qui pleurait beaucoup , dormait très peu et demandait à être quasiment non-stop dans les bras. Les bras de papa étaient donc les bien venus pour assurer le relais. Sans compter les gros coups de mou…

Je me souviens très bien de cette première nuit à la maison où arrivée au lit je dis à Arthur (mon amoureux) en pleurant que je pensais qu’on avait fait une grosse bêtise en faisant ce bébé qui dormait dans la chambre d’à côté. C’était vraiment horrible se sentiment… j’avais si peur pour notre couple, peur que ce petit bébé nous détruise. Cette idée était là. Bien évidement il m’a raisonné en me rappelant qu’on le voulait ce petit bébé et que tout allait bien. Je l’ai écouté car je savais qu’il avait raison.