Le 8 juillet 2019 j’apprends par un test urinaire que je suis enceinte, soit la veille de ma date d’anniversaire de mes règles. Depuis quelques jours, je sentais les mêmes choses que lors de ma premières grossesse (tiraillements comme de l’électricité dans le bas du ventre, acné). Cette petite barre était à peine visible mais pour moi c’était certain, de suite je l’annonce à mon chéri qui ne comprend absolument pas ce qu’il se passe (un peu comme moi d’ailleurs car on était pas en essai). Je demande à mon docteur pour faire une prise de sang pour confirmer le résultat du test urinaire car je venais depuis 2 mois d’arrêter mon traitement anti-dépresseur et anxiolytique depuis 2 mois (dépression post-partum + « surmenage » qui n’a pas été détectée et traitée plus tôt) et comme il m’arrivait de prendre encore de temps en temps des anxiolytiques lorsque j’étais en crise d’angoisse, je voulais pas risquer de prendre ces médicaments en étant enceinte. Une fois, la grossesse confirmée, mon premier réflexe a été de ranger les médicaments et bien évidement on a porté une vigilance particulière sur mes angoisses avec le docteur pour rester loin d’un éventuelle état dépressif mais je savais que j’avais quasiment tout réglé mes problèmes avant de tomber enceinte… comme quoi… Ensuite, il a fallut digérer l’information car ce n’était pas forcément de suite au programme, nous en avions parlé mais nous voulions acheter notre appartement, s’installer et prendre du recul avec cet épisode dépressif pour être le plus disposé possible pour accueillir une telle nouvelle. Bon, on était juste en avance de quelques mois, mais Monsieur a mis un peu de temps pour digérer et de ce fait moi également car ça m’a donné l’impression d’avoir fait un peu un bébé dans son dos chose qui était totalement fausse. On a prit « des risques » sans croire aux conséquences en se disant que cela ne peut pas arriver sur une ou deux (ou trois) négligences sur un seul mois. Erreur !! ^^ Dans les premiers jours et premières semaines, c’était le sujet tabou qu’on évitait et puis naturellement après digestion, nous allions avoir un bébé.

12 semaines d’aménorrhée :

Voilà maintenant 12 semaines que nous cohabitons dans le même corps, futur(-e) petit(-e) frère/sœur de Léonie et moi. C’est à la fois étrange et agréable de revivre ceci. C’est tellement différent mais à la fois si semblable. Je me suis surprise plusieurs fois à l’avoir appeler Léonie, comme ci ce manque de ne plus l’avoir dans mon ventre refaisait surface par moment. J’ai du mal à réaliser que c’est un autre bébé. J’aime ma fille infiniment et bientôt on aura un autre bébé à aimer aussi fort. Ca ne me fait pas peur, je me laisse juste le temps d’apprendre à connaître ce bébé in-utero et j’ai vraiment hâte de pouvoir communiquer avec lui à travers mon ventre et de partager ça avec ma Léonie et son papa.

Léonie est très attentive à cette grossesse, chose que je n’attendais pas forcement de sa part vu son jeune âge. Je n’étais qu’à 5SA qu’un matin au réveil, elle regardait mon ventre, me regarda et me demanda « maman ? Pourquoi tu as un bébé dans ton ventre ? »… euh quoi ? Elle me demande quasiment tous les jours si bébé grandit et s’il va bien. Elle a des raisonnements qui me font rire et qui m’attendrissent au possible. J’essaie qu’elle se projette dans son nouveau rôle et pour le moment elle comprends et accepte l’évènement. Je pense que nous allons décorer et aménager la chambre de son frère (ou sa sœur) ensemble et la chambre de grande fille de Léonie par la même occasion.

Bilan du premier trimestre à 18SA :

Je partage avec vous le bilan de mon premier trimestre de grossesse de notre petit trésor 2.

Je suis actuellement à 18SA soit milieu du quatrième mois de grossesse, on peut donc dire que mon premier trimestre est maintenant derrière (déjà)…

Les 2 premiers mois ont été rythmés par les insomnies, puis par la perte d’appétit accompagnée de quelques nausées et vomissements. Ce qui m’a le plus dérangé était être nauséeuse quasiment H-24, je mangeais quasiment rien, peu de choses me donnaient envie. La grosse fatigue est venue un peu plus tard certainement à cause de ce corps peu alimenté. Des migraines nuits et jours pour terminer se dernier mois de premier trimestre. Mais depuis 3 semaines (donc début du 2ème trimestre), je mange de nouveau normalement (mais très mal car je suis attirée par le très gras et un peu de sucré), les nausées et les migraines se sont estompées et j’ai un sommeil beaucoup plus réparateur. Au niveau de la balance jusqu’ici j’ai pris 1kg donc je suis très contente ! J’espère pouvoir contrôler mes pulsions de Fast-Food pour ne pas prendre trop de poids pendant cette grossesse et apporter le meilleur à ce petit bout. J’ai oublié de parler des douleurs ligamentaires très présentes depuis le début et qui s’intensifient avec ce ventre qui grossit très vite ! Déjà 2 séances d’ostéopathie au compteur et bientôt kiné.

Niveau moral, je ne sais pas pour vous mais chez moi c’est un peu les montagnes russes… Je peux aller bien (pas euphorique juste bien) et la seconde d’après avoir le moral à zéro sans expliquer pourquoi accompagné de lassitude. Une grossesse un peu différente, moins de stresse, moins de fatigue (pas la même), plus d’attente par rapport à mes ressentis (j’attends une connexion avec ce bébé rapide). Certainement un prochain post qui portera plus sur mes sentiments et mes attentes vis-à-vis de cette deuxième grossesse si cela vous intéresse ! N’hésitez pas à me le faire savoir, je serais ravie de partager avec vous !!

Prise de poids premier trimestre : 1 kg

L’annonce de la grossesse

Bilan du Second Trimestre :

La fatigue, les douleurs ligamentaires, crises de colère de Léonie et arrêt maladie… en une seule phrase : un beau résumé.

Les douleurs ligamentaires ne se sont pas arrêtées, elles se sont mêmes amplifiées, tellement que parfois il m’est très difficile de marcher ou de conduire. J’ai été arrêtée une première fois par la sage-femme 15j pour tenter une reprise pendant 1 semaine et de nouveau arrêter 1 mois par mon médecin traitant car le repos et la reprise montrent que je dois rester tranquille à la maison pour éviter de trop souffrir. En même temps j’ai commencé les séances de kiné pour essayer de limiter les tensions du bassin. J’avoue que je sais pas si c’est efficace ou pas car les douleurs sont quasiment d’intensité inchangé. Je dors mal… Léonie est très excessive avec moi principalement, nous avons droit à des grosses crises de colères où Léonie se mort les doigts, tape les murs, le sol… le dialogue est impossible, l’ignorer ne fonctionne pas non plus. Cela me fait de la peine et je sens que je me braque contre Léonie, la fatigue me rend susceptible et irritable. Second trimestre plus calme, pas pour moi ! Je réalise que la grossesse avec un enfant en bas âge est plus compliqué que ce que j’ai imaginé pour me rassurer.

Je me pose des questions sur le ressenti de Léonie, j’ai peur de lui imposer un bébé qu’elle n’a jamais voulu. J’ai du mal à me concentrer sur ma grossesse tellement je suis focalisée sur Léonie.

Avec les arrêts maladies je peux me concentrer sur ma grossesse. J’ai hâte de connaitre le sexe pour pouvoir imaginer ce bébé et les relations frère/sœur ou sœur/sœur. Je sens ce petit bébé depuis le début du second trimestre et franchement depuis la 16SA. Cela me fait un bien fou, je crois que j’attendais vraiment ces sensations pour réaliser ce qu’il se passait. Je rêve d’une deuxième petite fille en secret même si un petit garçon ne me déplait pas non plus, mais une préférence (franche) pour une petite fille. Le papa lui a eu déjà sa fille donc il dit qu’il n’a pas de préférence. Je n’arrive pas à chercher de prénom, je compte énormément sur papa pour trouver.

Les échographies sont excellentes, bébé va très bien et la gynécologue nous laisse deviner le sexe lorsqu’à l’écran nous avons une vue plongeante sur l’entre jambe de notre petit bébé. Après un petit moment d’hésitation (car je ne voulais pas me tromper et peur de donner ce que je souhaiterai) et c’était tellement évident… pas de zizi, une vulve ! C’est une fille ! Joie immense m’envahi lorsque la gynécologue nous dit « oui c’est une vulve, félicitation c’est une deuxième petite fille ! ». Après cette annonce difficile de redescendre de ce petit nuage. En milieu d’après-midi, je vais chercher ma Léonie pour aller ensemble à mon rendez-vous chez la sage-femme sans lui dire qu’elle allait avoir une petite sœur. La sage-femme demande à Léonie si elle est contente d’avoir un petit frère ou un petite sœur, Léonie lui dit « oui et c’est une tite sœur le bébé ! », là on se regarde avec la sage-femme qui me demande si je lui ai dit, je réponds que non car on veut lui annoncer avec son papa quand il rentrera du travail. On repose la question à Léonie « c’est une petite sœur ? » elle répond « oui là dans le ventre de maman, c’est une fille ». Ca fait un drôle d’effet… la sage-femme me dit que les enfants jeunes ont beaucoup d’intuitions. Avant cette conversation, avant l’écho, Léonie nous a toujours dit que c’était un petit frère et là elle est catégorique sur la petite sœur. J’avoue que jusqu’au dernier moment avant dissolution complète du secret, moi aussi je pensais que c’était un garçon. Voilà pour la petite anecdote du second trimestre.

Léonie est de plus en plus attentive à sa petite sœur, commence à lui parler, à faire des bisous et des câlins. Elle n’oublie jamais de lui faire un bisou, un câlin et un « bonne nuit, je t’aime petite sœur » le soir avant d’aller au lit.

Et voilà comment nous glissons en douceur et dans la douleur (fatigue et ligaments) vers le troisième trimestre.

Prise de poids second trimestre : 3,7 kg

Bilan du Troisième Trimestre :

(pas encore vécu ! 🙂 Rendez-vous dans 2 mois 1/2)